Sécuriser sa start-up tout au long de son développement

helloquence 61189 unsplash 690x461 - Sécuriser sa start-up tout au long de son développement

En 2019, on compte plus de 10 000 startups en France, et ce chiffre devrait passer à 12 000 d’ici à 2022, signe d’une forte expansion de ce secteur de l’économie.

Malheureusement, une startup sur trois doit mettre les clefs sous la porte avant une durée de vie moyenne de trois ans. Il est donc nécessaire de se faire accompagner dans toutes les étapes de la vie d’une startup.

Développer une idée et créer votre société, les premiers pas des startups

La première étape obligée dans le développement de la startup est bien sur la naissance de l’idée de base. Il est possible de se faire accompagner à cette étape là pour marketer cette idée mais surtout pour la protéger. Mais rappelez-vous, une idée n’est que peu de choses si elle n’est pas suivie par une mise en application efficace.

Cela passera par la deuxième phase de création de la société. SAS ? Micro-Entreprise ? EIRL ? … Il faut déjà adapter la structure de la société à chaque type d’activité et de possibilité de développement que vous aurez.

A cette étape, il est nécessaire de se faire accompagner par un professionnel pour l’écriture des statuts, surtout si vous décidez de vous lancer avec des associés.

Gérer sa startup et la développer

Une fois que vous aurez créé votre société, il vous faudra vous occuper de votre MVP, c’est-à-dire lancer sur le marché un produit ou un service minimaliste pour tester votre offre sur ce marché. A ce stade, il vous est aussi conseillé de vous faire accompagner pour la gestion quotidienne de votre société, pour vos déclarations, votre comptabilité.

En effet, si les startupers ont largement développé leurs compétences marketing et commerciales, rares sont ceux à maitriser parfaitement tous les ressorts administratifs, financiers, RH, … nécessaires à la gestion d’une entreprise. Or, le temps que prennent ces tâches ne peuvent être réduites trop considérablement, même si l’intérêt premier des entrepreneurs est de ne pas trop en passer sur ces activités pour le consacrer à des activités dont les actions seront visibles et quantifiables beaucoup plus rapidement.

C’est une fois que votre startup commence à réellement bien se développer, que vous avez acquis votre première levée de fonds et que vous pensez être tirés d’affaire que les complications peuvent arriver alors que vous ne pensez qu’à augmenter encore plus vos offres.

Sécuriser ses process pour gérer la phase d’accélération

En effet, c’est souvent lors de cette phase qui correspond généralement à la deuxième ou troisième année de vie d’une startup que les premiers contrôles peuvent commencer à poindre. Si les startupers sous-estiment parfois l’importance de ces aspects légaux sous prétexte qu’ils participent à « une bonne image de développement de l’emploi en France », ou que « tout le monde fait de toute façon pareil », certaines entreprises se font aussi redresser au moment où elles étaient sur le point d’entamer leur phase d’accélération.

Il est donc extrêmement recommandé de se faire accompagner avant (voire pendant) cette phase ultime, en faisant analyser tous ses process afin de les sécuriser et pouvoir ensuite booster son activité. Une fois que votre startup a les reins solides et peut facilement faire face à un contrôle fiscal, vous pourrez finaliser votre phase d’accélération pour développer votre gamme de produits voire vos clients à l’international. A noter qu’une sécurisation des process est aussi un moyen des plus sûrs pour rassurer le ou les actionnaires qui ont parié sur vous et votre développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *