Comment adapter son offre de formation à la génération Startup ?

board 2449726 1920 690x460 - Comment adapter son offre de formation à la génération Startup ?

Si aujourd’hui la totalité des entreprises a largement intégré qu’on apprenait tout au long de sa vie et que la formation était le moyen le plus à-même de faire monter en compétences ses collaborateurs sur des thématiques bien différentes que celles acquises pendant leur cursus universitaire, les organismes de formation doivent aussi s’adapter pour accompagner une génération qui perçoit souvent la formation comme un agrégat de contraintes plutôt qu’un véritable atout pour faire évoluer sa carrière.

Il est donc nécessaire de réagir face à ces aprioris négatifs pour rendre attractive son offre de formations.

 1 – Lutte contre l’idée du manque de temps

Même si cette contrainte est souvent à mettre en relation avec la manière dont on organise son temps de travail (certaines entreprises n’hésitent plus à bloquer un jour de la semaine pour proposer des activités différentes à leurs salariés), on peut cependant prendre en compte l’excuse du manque de temps avec plus d’intérêt pour remettre en question certaines formations qui deviennent trop chronophages.

En effet, certains cycles de formation s’allongent dans le temps et rendent leur contenu de moins en moins intéressant car trop difficile à suivre. Le temps des formations longues et pénibles est révoqué, il faut désormais que les formateurs aillent dans l’optimisation du temps de formation, quand bien même des sujets demandent des connaissances qu’on ne peut pas intégrer en un temps minime.

2 – L’impossibilité de mobiliser toute une équipe en même temps

Une autre contrainte souvent entendue est la difficulté de trouver du temps pour mobiliser toutes ses ressources en même temps sur des journées entières. En effet, si votre collaborateur doit vérifier qu’il n’a pas reçu d’urgences à traiter tous les quarts d’heure pendant la formation, autant ne pas la suivre car il ne sera jamais entièrement dedans et cela aura de grandes chances de perturber également ses collègues.

Les formateurs doivent donc plus faire attention à adapter les temps de formation aux contraintes des équipes. Pour se faire, de nombreux moyens existent pour raccourcir le temps en présentiel et en optimiser la valeur. Le blended learning propose des formations qui alternent entre temps de formation à distance et en présentiel, pour permettre aux apprenants d’avancer à leur rythme sur certaines thématiques pour pouvoir les partager plus efficacement le jour de la formation en présentiel.

De très nombreux outils – souvent gratuits par ailleurs – existent pour réduire le temps d’une formation en présentiel et permettre plus de latitude à vos collaborateurs.

3 – L’impression qu’on ne va rien apprendre

De par la pluralité des formations proposées sur le marché, de par une ou plusieurs mauvaises expériences passées, de nombreux salariés doutent qu’une formation leur apprendra plus que s’ils se formaient par leur propre moyen. Cours en ligne, tutoriels vidéo, il est certain que de nombreux contenus existent mais ils ont aussi leurs défauts.

Déjà, tous vos collaborateurs n’appréhendent pas le fait d’apprendre de la même façon et si un tuto peut fonctionner pour l’un, il pourra aussi bloquer totalement l’autre, d’autant plus que la qualité des contenus disponibles est très souvent médiocre.

Une formation doit donc promettre et proposer aux apprenants un contenu solide, et de la pratique s’appuyant sur les situations réelles ou proches de celles qu’ont l’habitude de se confronter vos équipes pour que le formé s’imprègne au mieux du parcours thématique proposé.

4 – L’idée qu’une formation, c’est pénible

La formation est souvent perçue comme un retour à l’école, où l’on va devoir rester sur une chaise pendant des heures sans arriver à ingurgiter la moitié de ce qu’il nous sera proposé. Encore pire si les interactions sont peu nombreuses et que l’on n’a d’autres choix que d’écouter religieusement du contenu.

La formation moderne, c’est surtout amener aux participants du ludique, du fun, tout en gardant une ligne toujours sérieuse. De nombreux organismes ont compris cette tendance et proposent dans leur offre de formations un côté ludique certain, en intégrant des Serious Game, de la Réalité Virtuelle, de la vidéo.

Mais même sans aller vers ces solutions parfois couteuses, il faut s’appliquer à rendre sa formation vivante et que le formateur ne se positionne plus en professeur sévère mais bien plus en accompagnant facilitateur. D’autant qu’il existe de très nombreuses façons de « gamifier » sa formation, que ce soit par un style d’animation ou via des outils innovants en libre accès.

Manier le sérieux du contenu, le ludique de l’approche, réduire les contraintes horaires des apprenants tout en proposant un accompagnement au plus près des situations vécues au quotidien sont donc les ingrédients d’une montée en compétences réfléchie qui répondent aux nouveaux besoins et attentes d’entreprises qui voient leur fonctionnement évoluer avec le développement de la génération startup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *